Criar um Site Grátis Fantástico
Regarder en ligne La Mort en sursis avec sous-titres QHD

LA MORT EN SURSIS

CONDAMNE à mort, Robert Alton Harris, 37 ans, devait être exécuté hier matin à 03 h 00 du matin (11h00 GMT) dans la chambre à gaz de Saint-Quentin en Californie afin d'éviter le rassemblement d'un trop grand nombres d'opposant à la peine de mort. Ces derniers, dans leur combat désespéré pour extirper la société américaine de la barbarie, ont, hier, gagné une bataille puisque la Cour Suprême des Etats-Unis, a refusé lundi d'autoriser son exécution. Par six voix contre trois, la Cour a empêché la première exécution en Californie depuis 23 ans et rejeté l'appel du ministre de la Justice de cet état, M. John Van De Kamp, qui l'a réclamait.

Robert Harris, fait partie des 2300 personnes condamnées à mort aux Etats-Unis qui attendent leur exécution dans les couloirs de la mort, parfois depuis des années. Il avait été reconnu coupable, il y a onze ans d'avoir tué deux adolescents en 1978 pour s'emparer de leur voiture et commettre un vol. Et selon les sondages des journaux américains, le cas de Harris qui a fait rebondir le débat sur la peine suprême aux USA aurait vu 60% des californiens favorables à son exécution contre 16% seulement qui y sont hostiles. Un juge d'une cour d'appel fédéral, M. John Noonan, a cependant décidé de suspendre son exécution en estimant qu'il n'avait pas reçu l'aide psychiatrique nécessaire au moment de son procès. C'est cette suspension qui a été confirmée par la Cour Suprême.

Présenté comme «irrécupérable» en raison de la cruauté de ses crimes, Harris, fut un enfant prématuré battu par son père à coup de pied. Il aurait subi des lésions au cerveau et aurait souffert d'un syndrome d'alcoolisme foetal en raison de l'alcoolisme de sa mère.

En juin 89, cependant, la Cour Suprême des Etats-Unis avait autorisé l'exécution de mineurs au moment des faits et des attardés mentaux.

Robert Harris aurait été le 122ème exécuté aux USA depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976. Affirmer aujourd'hui que le sursis qui vient de lui être accordé marque un renversement de tendance sur la question de la peine capitale aux Etats-Unis est sans doute excessif. Reste que ce sursis représente la première victoire des adversaires du meurtre légal depuis plusieurs années outre-atlantique. C'est ce qu'il convient de mesurer.